Les primes sont un élément important à prendre en compte dans le financement et la rentabilité de vos panneaux photovoltaïques. Toutefois, même sans primes, la technologie est rentable. Suivez le guide, Région par Région.

Lorsqu’on décide d’installer des panneaux photovoltaïques, on peut bénéficier de primes. Les choses ont un peu changé ces  derniers mois en la matière dans les différentes Régions du pays. Voici ce que cela donne en Région wallonne, à Bruxelles et en Flandre.

1. Primes et aides en Région wallonne

Les certificats verts y ont disparu mais, depuis juillet 2015, ils ont été remplacés par la prime Qualiwatt qui s’avère aussi intéressante que les certificats verts. L’amortissement moyen d’une installation se réalise en +/- 7 ans et la rentabilité peut atteindre plus de 9 %.

En Wallonie, deux éléments entrent donc en ligne de compte :

> Le compteur tourne à l’envers.

Vous ne payez que le solde net de ce que vous consommez sur le réseau. À ce solde net sont évidemment ajoutés les frais de distribution liés à votre consommation réelle. Si votre solde net est négatif ou égal à zéro, vous ne payez donc rien !

> La prime Qualiwatt.

Elle concerne toutes les installations d’une puissance inférieure à 10 kWc mises en service à partir du 1er mars 2014. Le principe est de verser au détenteur de l’installation une prime annuelle pendant 5 ans. Cette prime vise à permettre un retour sur investissement en 8 ans pour une installation type de 3 kWc.

La prime est versée par votre gestionnaire de réseau suivant le tarif établi semestriellement par la CwaPe l’organisme officiel de régulation des marchés wallons de l’électricité et du gaz. Les clients protégés ou disposant de revenus précaires bénéficient d’une prime complémentaire. Vous pouvez en savoir plus dans cette vidéo explicative.

Selon votre gestionnaire de réseau, une installation type de 3 kWc a droit à une prime variant entre 473 € et 586 € par an.

2. Primes et aides à Bruxelles

Le régime des certificats verts y est toujours d’actualité et rend une installation photovoltaïque très intéressante. L’amortissement se réalise en 6 ans environ et la rentabilité peut atteindre +/- 10 %.

En Région de Bruxelles-Capitale, deux éléments entrent encore pour l’instant en ligne de compte :

> Le compteur tourne à l’envers.

Même principe qu’en Wallonie (voir ci-dessus).

> Les certificats verts.

Depuis le mois de février 2016, Brugel, le régulateur bruxellois de l’énergie, offre 3 certificats verts par MWh produits par une installation inférieure à 5 kWc (2,4 certificats entre 5 et 10 kWc), les plus fréquentes pour les particuliers. La valeur d’un certificat vert est garantie à 65 € par Elia, le gestionnaire belge du réseau de transport d’électricité. Toutefois, le prix du marché actuel avoisine les 82 €. Un exemple ? Une installation type de 3 kWc peut produire jusqu’à 2,7 MWh par an. Elle bénéficie donc d’un avantage total, au prix du marché, de 664 € !

À partir de 2018, le système de compensation va disparaître à Bruxelles. Quand vous produirez plus d’énergie que vous n’en consommerez, le compteur ne tournera plus à l’envers. En compensation, vous recevrez des certificats verts durant 10 ans : ± 700 €/an.

3. Primes et aides en Flandre

C’est à l’heure actuelle la moins bien lotie des 3 Régions. En fait, il n’y existe plus aucun mécanisme de support à l’installation de panneaux photovoltaïques. La Flandre considère que l’énergie solaire est rentable en tant que telle.

La Flandre ne délivre donc plus aucun certificat vert et aucun mécanisme alternatif n’a été installé. Pour cette raison, l’amortissement y est le plus long (environ 10 ans) et la rentabilité la plus faible (environ 8 %). Mais cela demeure toujours un investissement bien plus intéressant que de  laisser son argent à la banque !

En Flandre, deux éléments entrent en ligne de compte :

> Le compteur tourne à l’envers.

Même principe qu’en Wallonie.

> Le tarif « prosommateur ».

Depuis juillet 2015, la Flandre fait payer un coût à tous les particuliers possédant des installations photovoltaïques. Il s’agit d’une compensation à l’utilisation du réseau partant du principe que même si votre solde net est négatif ou égal à zéro, vous l’utilisez. Ce montant appelé tarif « prosument » varie selon le gestionnaire de réseau. Il s’élève à +/- 300 €/an.
Vous voulez savoir ce que pourraient vous rapporter des panneaux photovoltaïques, primes comprises ? Demandez-nous une offre panneaux solaires.

Facebook Comments