Bientôt, vous n’aurez plus besoin d’un smartphone, d’une tablette ou de votre voix pour piloter vos objets connectés : vous le ferez par la pensée ! La chercheuse Nataliya Kosmyna y arrive déjà. Alors pourquoi pas vous ?

 

Après avoir piloté nos objets connectés grâce à nos smartphones et tablettes, puis grâce à un assistant vocal, voilà qu’il serait désormais possible de le faire grâce à la pensée ! Cette prouesse, la chercheuse Nataliya Kosmyna l’a réalisée.

Pendant sa thèse de doctorat, elle a montré comment, avec un casque muni d’électrodes, on pouvait piloter un drone par la pensée grâce aux signaux électriques émis par le cerveau.

Je pense donc je contrôle

Pour contrôler des objets par la pensée, il faut associer un concept, une image à une commande. Plus concrètement, on enregistre sur ordinateur l'activité électrique du cerveau d'une personne lorsqu'elle imagine bouger ses 2 mains pour faire décoller un drone ou le faire atterrir, grâce à un casque encéphalographique. Il faut ensuite entraîner le logiciel à reconnaître ces signaux. Il suffira alors d’enfiler le casque et de repenser à ces images pour effectuer une action sur l’objet. Par exemple, la chercheuse pense à un nuage pour faire décoller son drone. Elle pense à une pelouse pour le faire atterrir. Le génie de Nataliya Kosmyna tient au fait qu’elle a su créer un algorithme qui isole les pensées « de commande » des autres signaux que le cerveau pourrait émettre. Ce qui permet de réduire considérablement le temps de préparation nécessaire pour piloter l’objet. La pensée dans la maison connectée Dans les prochains mois, la chercheuse souhaite se servir de ses découvertes pour aider à l’amélioration du confort de vie dans la maison. Son invention pourrait révolutionner notre quotidien. Elle sait déjà commander des objets connectés tels que les luminaires ou les radiateurs en fonction de sa simple humeur. Une réelle perspective pour la maison connectée du futur qui deviendra adaptée jusque dans les moindres détails à ses habitants ! Cette petite révolution, la chercheuse la destine dans un premier temps aux personnes handicapées qui pourraient, de cette façon, retrouver une pleine autonomie. Elle travaille d’ailleurs également à un fauteuil roulant piloté par la pensée. Elle reconnaît toutefois que les obstacles sont encore nombreux avant d'envisager une commercialisation. « Même si on entraîne le système à connaître votre activité électrique, il va commettre des erreurs », a-t-elle avoué à l’AFP. « Si on a 75% de réussite c'est déjà pas mal pour les personnes très dépendantes. » La prochaine étape ? Créer un algorithmique type qui ne nécessiterait plus d’enregistrer ses propres signaux grâce à leur modélisation à grande échelle. A peine aurez-vous pensé à votre tasse de café qu’elle sera déjà servie ! Pour rester informé(e) des dernières tendances dans le chauffage ou des innovations dans le domaine de l’énergie et de la smart home, inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle Sweet & Smart home

Pour contrôler des objets par la pensée, il faut associer un concept, une image à une commande. Plus concrètement, on enregistre sur ordinateur l’activité électrique du cerveau d’une personne lorsqu’elle imagine bouger ses 2 mains pour faire décoller un drone ou le faire atterrir, grâce à un casque encéphalographique. Il faut ensuite entraîner le logiciel à reconnaître ces signaux.

Il suffira alors d’enfiler le casque et de repenser à ces images pour effectuer une action sur l’objet. Par exemple, la chercheuse pense à un nuage pour faire décoller son drone. Elle pense à une pelouse pour le faire atterrir.

Le génie de Nataliya Kosmyna tient au fait qu’elle a su créer un algorithme qui isole les pensées « de commande » des autres signaux que le cerveau pourrait émettre. Ce qui permet de réduire considérablement le temps de préparation nécessaire pour piloter l’objet.

La pensée dans la maison connectée

Dans les prochains mois, la chercheuse souhaite se servir de ses découvertes pour aider à l’amélioration du confort de vie dans la maison. Son invention pourrait révolutionner notre quotidien. Elle sait déjà commander des objets connectés tels que les luminaires ou les radiateurs en fonction de sa simple humeur. Une réelle perspective pour la maison connectée du futur qui deviendra adaptée jusque dans les moindres détails à ses habitants !

Cette petite révolution, la chercheuse la destine dans un premier temps aux personnes handicapées qui pourraient, de cette façon, retrouver une pleine autonomie. Elle travaille d’ailleurs également à un fauteuil roulant piloté par la pensée.

Elle reconnaît toutefois que les obstacles sont encore nombreux avant d’envisager une commercialisation. « Même si on entraîne le système à connaître votre activité électrique, il va commettre des erreurs », a-t-elle avoué à l’AFP. « Si on a 75% de réussite c’est déjà pas mal pour les personnes très dépendantes. »

La prochaine étape ? Créer un algorithmique type qui ne nécessiterait plus d’enregistrer ses propres signaux grâce à leur modélisation à grande échelle. À peine aurez-vous pensé à votre tasse de café qu’elle sera déjà servie !

Pour rester informé(e) des dernières tendances dans le chauffage ou des innovations dans le domaine de l’énergie et de la smart home, inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle Sweet & Smart home

Facebook Comments