De nombreux préjugés circulent autour des chaudières et du chauffage. Pour dire stop à ces idées reçues, on vous propose de démêler le faux du vrai pour 6 d’entre elles.

1. Pour avoir chaud plus vite, il faut monter la température du thermostat

Régler le thermostat sur 25°C dans l’espoir d’atteindre les 20°C plus rapidement est inutile

FAUX. Régler le thermostat sur 25°C dans l’espoir d’atteindre les 20°C plus rapidement est inutile. Vous n’aurez pas chaud plus vite ! Pourquoi ? Parce que la plupart des chauffages fonctionnent de façon uniforme : on/off. Non seulement ce geste sera superflu mais en plus il vous fera surchauffer et consommer plus de combustible.

Pour être sûr(e) d’avoir toujours la bonne température chez soi au moment où on le souhaite, installer un thermostat intelligent est une option. Le thermostat boxx, par exemple, permet de déterminer la température que l’on désire à tel ou tel moment de la journée. Le thermostat calcule le temps nécessaire pour atteindre la température demandée et fait en sorte que la pièce soit agréable à l’heure voulue.

2. Pourquoi remplacer ma chaudière ? Elle a plus de 15 ans mais fonctionne encore très bien

PEUT-ÊTRE MAIS… C’est vrai, une chaudière de plus de 15 ans peut encore fonctionner. Mais son rendement n’est plus au top. En effet, il y a de très fortes chances que le rendement de votre appareil tombe sous les 75%, sachant qu’une neuve atteint 109%. Ce qui signifie que la chaudière consommera trop de gaz ou de mazout. Une chaudière de plus de 15 ans risque de tomber plus souvent en panne, et vous risquez de ne plus trouver les pièces de rechange. De plus, elle pourrait ne plus répondre aux critères légaux de fonctionnement lors de l’entretien périodique, notamment pour l’aération de la pièce de chauffe puisque les normes sont devenues plus strictes depuis 2018.

Les chaudières de plus de 15 ans consomment jusqu’à 30% de combustible en plus et polluent plus ! La remplacer vous fera donc économiser de l’argent, réduira les risques de panne et d’émanations de gaz toxique, bref augmentera votre sécurité.

3. Remplacer sa chaudière, c’est impayable

FAUX. Bien sûr, cela peut représenter un investissement. Des frais qui tombent souvent au mauvais moment. Mais une nouvelle chaudière est vite rentabilisée. Il existe déjà des chaudières à condensation au gaz à partir de 3 500 €. Pour réduire le coût, les Régions peuvent offrir des primes pour l’installation d’une chaudière à condensation au gaz à haut rendement, vérifiez !

Enfin, une nouvelle chaudière peut générer jusqu’à 33% d’économie sur votre facture de chauffage. Résultat : une nouvelle chaudière peut être amortie en 7 à 10 ans. ENGIE peut vous aider à remplacer votre chaudière et même bénéficier de 200 € de réduction. Pas le moment ? Une offre de financement peut vous intéresser, renseignez-vous.

4. Installer une nouvelle chaudière nécessite de gros travaux

Changer sa chaudière, c’est fait le plus souvent en une journée de travail

FAUX. Changer sa chaudière, c’est fait le plus souvent en une journée de travail ! Même pas le temps d’avoir froid ☺. Les chaudières à condensation sont devenues la nouvelle norme européenne. Votre ancienne chaudière est simplement remplacée par une nouvelle à condensation qui est compatible avec vos radiateurs et la tuyauterie de votre système de chauffage. Il est toutefois nécessaire d’adapter sa cheminée pour qu’elle résiste aux fumées humides rejetées par la chaudière.

Le tubage de la cheminée est une opération souvent simple et rapide. Votre chauffagiste introduira un tube flexible concentrique ou à simple paroi en inox ou matière synthétique, selon votre cheminée.

5. Les chaudières à condensation rejettent de la vapeur d’eau

FAUX. La chaudière à condensation récupère la chaleur latente (chaleur de condensation) contenue dans les fumées issues de la combustion. Elle tire ainsi profit de la vapeur habituellement rejetée dans l’air. En récupérant la chaleur latente, on augmentera sensiblement le rendement de la chaudière (jusqu’à 10%). Comme elle consomme moins, elle rejette aussi moins de CO2. Quant à la faible quantité d’eau qu’elle rejette, celle-ci est peu acide et peut donc être rejetée dans le réseau d’égout sans problème.

6. Il n’y a pas de sanction si l’on n’entretient pas sa chaudière

L’entretien de la chaudière est obligatoire

PAS TOUT À FAIT VRAI. Le contrôle périodique de la chaudière est une obligation légale. Tous les 3 ans à Bruxelles et en Wallonie, tous les 2 ans en Flandre pour les chaudières au gaz ; tous les ans pour les chaudières à mazout et à pellets dans les 3 Régions. Certes, les sanctions sont rares de la part des autorités si vous ne le faites pas, mais vous pourriez en payer le prix d’une autre façon…

D’abord, vous risquez de mettre en péril votre sécurité ou de tomber en panne de chauffage, toujours embêtant au beau milieu de l’hiver. Ensuite, votre assureur pourrait se retourner contre vous pour négligence en cas de problème. Enfin, la performance énergétique de votre chaudière ne sera plus assurée et vous consommerez davantage.

Vous êtes locataire ? Les locataires sont tenus de présenter au moins les 2 dernières attestations de contrôle périodique de la chaudière au propriétaire quand ils quittent le logement. Et en cas de réparations dues à un défaut d’entretien, le propriétaire pourrait vous faire payer les travaux. Un locataire averti en vaut 2.

Pour ne plus oublier d’entretenir votre chaudière, découvrez les atouts du service d’Entretien de chaudière d’ENGIE, la solution qui gère tout pour vous !

Facebook Comments