Des pellets de qualité sont la garantie d’une combustion efficace et durable. Et donc d’un meilleur confort et d’une chaleur plus agréable. Bref, la qualité n’a pas de prix. Pour bien les choisir, il faut être attentif à 6 critères.

Se chauffer aux pellets de bois est une option choisie par de plus en plus de Belges. Les raisons ? Cette source d’énergie est souvent moins chère que le mazout (son prix est d’environ 5€ pour un sac de 15 kg) et plus durable. De plus, le poêle à pellets crée une chaleur et une ambiance agréables, et est très facile à utiliser puisque son fonctionnement est 100% automatique hormis le remplissage du réservoir.

Pour garantir un fonctionnement optimal de son poêle ou de sa chaudière à pellets, ces derniers doivent être de qualité. Un prix élevé n’est pas un bon critère pour juger de la qualité car on trouve de tout sur le marché. Tenez plutôt compte de ces 6 critères : 

  1. Pouvoir calorifique des pellets de bois : ni trop, ni trop peu

Il s’agit de la quantité de chaleur qui peut être produite par les pellets. Plus le pouvoir calorifique des pellets est élevé, plus la quantité de chaleur fournie le sera aussi : vous en aurez donc plus pour votre argent.

Mais attention : si le pouvoir calorifique est trop élevé, par exemple supérieur à 19 MJ/1.000 kg, la combustion peut ne pas être optimale à des températures plus hautes et s’accompagner d’une fusion des cendres. Votre poêle ou chaudière devra alors être plus souvent entretenu(e).

Notre conseil : un pouvoir calorifique entre 16,5 et 18 MJ/1.000 kg.

  1. Calibre des pellets

Les poêles à pellets sont conçus pour des pellets d’un diamètre de 6 à 8 mm. En pratique, la norme est toutefois de 6 mm. Quant à la longueur des pellets, elle doit être supérieure à 3,15 mm mais inférieure à 40 mm. En effet, certains poêles dont le mécanisme d’alimentation en pellets est automatique rencontrent des problèmes avec des pellets très longs (>30 mm).

Notre conseil : un diamètre de 6 mm et une longueur entre 3,15 et 40 mm

  1. Taux d’humidité des pellets

Les pellets sont produits par séchage de matières premières naturelles sans aucun additif chimique. Il conserve donc toujours un faible taux d’humidité. Plus vos pellets seront secs, plus efficace sera leur combustion et plus ils libèreront de chaleur.

Notre conseil : entre 4 et 7 % d’humidité.

  1. Teneur en cendres des pellets

C’est la quantité de cendres libérée par la combustion des pellets. Moins il y a de cendres libérées lors de la combustion, plus celle-ci est efficace et moins vous devrez vider le bac à cendres de votre poêle.

Notre conseil : un taux inférieur à 0,7%.

  1. Température de fusion des cendres 

La température de fusion des cendres est un paramètre essentiel. En effet, la température de la flamme d’une chaudière à pellets dépasse bien souvent les 1.000°C. Si des cendres entrent en fusion à cette température, elles vont se vitrifier lors du refroidissement du foyer et endommager la chaudière, dont les performances vont progressivement décliner. Les pellets doivent donc avoir une température de fusion élevée.

Notre conseil : une température de fusion toujours supérieure à 1.200°C.

  1. Certification des pellets

Choisir des pellets certifiés – ENplus ou DINplus –, c’est la garantie qu’ils respectent les spécificités minimales en termes de qualité. Il existe toutefois des différences de qualité entre les pellets certifiés comme le montre le tableau ci-dessous.

Pellets

(*) Selon une analyse récente du 17/10/2016

Bon à savoir : les fabricants de poêles et de chaudières à pellets n’assure pas la garantie de leurs appareils si vous n’utilisez pas des pellets certifiés !

Notre conseil : vérifiez bien que le label ENplus ou DINplus figure sur le paquet de pellets.

Découvrez aussi notre article qui explique comment bien régler son poêle à pellets.

Facebook Comments