Cela peut paraître farfelu mais nos futures maisons pourraient bien être comestibles. Enfin, façon de parler. Si vous ne pourrez pas croquer dans votre habitation, ses matériaux pourraient être en déchets organiques. Visite.

La révolution dans la construction de nos maisons viendra-t-elle de nos déchets organiques ? Le bureau d’études anglais Arup, spécialisé dans l’urbanisme, y croit dur comme fer. Pour lui, les futurs matériaux de construction se nomment riz, blé, maïs, champignons, bananes… Pour des maisons, appartements et immeubles durables et en bonne partie recyclables.

Dans son rapport « The Urban Bio Loop », Arup livre quelques exemples de matériaux existants et en plein développement…

Des briques à base de champignons ou de riz

Ces briques à base de champignon pourraient servir à construire une maison

Oubliez les briques en terre cuite ! Ecovative, une société new-yorkaise spécialisée dans les technologies qui utilisent le mycélium (les filaments blancs du champignon qui poussent sous terre) comme matériaux de construction, a déjà mis au point une brique à base de champignons. Une « Mushroom Tower » composée de 10.000 briques a même vu le jour au Museum of Modern Art PS1 de New York.

La Mushroom Tower a été construire avec 10.000 briques à base de champignons au Moma PS1 de New York

Un chercheur américain, en collaboration avec la Nasa, fait quand à lui carrément pousser une maison comme un champignon. Là aussi grâce au mycélium.

Une autre société, Watershed Materials, a adopté une autre voie : remplacer une partie du béton contenu dans les parpaings par… du riz ! Bientôt aussi dans nos maisons ?

Des planchers en tournesol

Dans votre future maison vous pourriez avoir des sols fabriquer à base de tournesols !

Pour réduire la déforestation, Kokoboard, une entreprise thaïlandaise, a eu une idée de génie : fabriquer des sols à base de tournesols ! Les planchers sont entièrement conçus à partir de déchets issus de la culture de ces tournesols et sont très résistants. On peut aussi les utiliser pour les plafonds, les murs intérieurs. Ils fabriquent le même type de matériaux avec des coquilles de cacahuètes, du riz, de la poudre de coco et du vétiver (une plante graminée).

Isoler grâce aux épluchures de pommes de terre

Isoler sa maison avec un matériau à base d’épluchures

Quand on pense isolation, on pense laine de verre, de roche ou de mouton. Pas vraiment épluchures de pommes de terre. Et pourtant… Aux Pays-Bas, Crustell B.V. a remplacé le liège par les pelures de patates dans son matériau isolant. Résultat : des panneaux qui offrent les mêmes qualités que les matériaux traditionnels ; ignifuges, légers, imperméables et 100% biodégradables !

Et désormais, il existe aussi des isolants naturels à base de cachuètes, d’algues et de bière !

Des canapés en cuir d’ananas

Fini le cuir de vache sur les fauteuils dans la maison, on adopte le substitut de cuir fabriqué à base d’ananas

L’industrie du cuir n’a pas toujours bonne réputation. Notamment à cause du processus de fabrication dangereux et des produits chimiques nécessaires pour que le cuir ne se décompose pas. D’où l’idée des Britanniques de Piñatex de produire un substitut de cuir végétal à partir d’ananas. Une solution naturelle avec un faible impact environnemental. Ce cuir d’ananas peut être utilisé pour recouvrir canapés, chaises, meubles mais aussi dans la fabrication de chaussures, sacs, intérieurs de voiture, bracelets de montres…

Quant aux Néerlandais de Leoxx, ce sont sur les fibres de bananiers qu’ils comptent pour créer leurs tissus d’ameublement et moquettes.

Alors, prêt à construire une maison à croquer ?

Facebook Comments