Vous assurez la fonction de syndic et souhaitez savoir si la chaudière des immeubles que vous gérez est toujours rentable ? Nous avons rencontré Jan Van Wynsberghe, syndic de plus de 60 immeubles à Bruges et ses environs.

En tant que syndic professionnel, le bureau Van Wynsberghe gère les parties communes de plus de 60 immeubles à Bruges et ses environs. Ainsi que la loi le prévoit, ce syndic a fait procéder, début 2015, à un audit de l’installation de chauffage central dans plusieurs de ces immeubles. Ce diagnostic approfondi est obligatoire pour les installations d’une puissance supérieure à 100 kW.

Jan Van Wynsberghe, le gérant du syndic, a fait contrôler 10 immeubles à appartements en co-propriété. « La raison principale pour laquelle nous avons commandé cet audit est que les propriétaires, que nous représentons, y sont tenus légalement », explique Jan Van Wynsberghe. « Cette obligation légale n’est cependant pas la seule raison. Étant donné la relative vétusté des installations, lesquelles datent de 20 à 30 ans, je souhaitais obtenir un avis compétent, ainsi que des recommandations utiles en matière d’économies d’énergie et de sécurisation des installations de chauffage.»

“L’audit est important du point de vue légal, mais donne également des conseils utiles en matière de consommation et d’économies d’énergie.”

Deux des dix chaudières contrôlées fonctionnaient au mazout. Les huit immeubles restants étaient équipés d’une chaudière au gaz. « Il s’agissait de chaudières d’une puissance supérieure à 100 kW, chaque installation consommant entre 500 et 1 000 MWh par an », précise Jan Van Wynsberghe.

Un syndic aide les co-propriétaires à épargner de l’énergie

Un syndic est censé faire des propositions susceptibles de préserver l’immeuble en bon état. À l’instigation de Jan Van Wynsberghe, les co-propriétaires se sont également impliqués dans l’audit de chauffage. « En effet », a-t-il indiqué, « j’ai mis le sujet à l’ordre du jour de l’assemblée générale. Ces dernières années, j’ai constaté à de nombreuses reprises que les résidents étaient de plus en plus concernés par l’efficacité énergétique. Il va sans dire que cette prise de conscience est liée à l’augmentation constante des prix du gaz et des carburants. Aujourd’hui, tout le monde souhaite alléger sa facture énergétique. L’assemblée générale a également révélé la préoccupation des résidents en matière de sécurité des chaufferies.»

 

Service supplémentaire

Client de ENGIE Electrabel depuis plus de vingt ans, Jan Van Wynsberghe s’est tout naturellement adressé à cette entreprise pour réaliser l’audit de chauffage. « Outre l’audit proprement dit, nous avons été séduits par les services additionnels proposés par ENGIE Electrabel. À l’issue de l’audit obligatoire, on vous remet une attestation de conformité avec la législation en vigueur. La plus-value ENGIE Electrabel tient principalement au fait que les experts mandatés fournissent un rapport circonstancié contenant des recommandations concrètes destinées à améliorer le rendement des chaudières et, par conséquent, à économiser de l’énergie.»

“L’expert fournit un rapport circonstancié avec des recommandations concrètes destinées à améliorer le rendement des chaudières.”

Recommandations concrètes et possibilités d’économies

Quelles ont été les conclusions de ces audits ? « Eu égard à leur âge « canonique », les deux chaudières au mazout, dont l’une était installée depuis plus de quarante ans, ne semblaient plus en état de fonctionner valablement. En outre, l’une des chaudières au gaz devait également être remplacée. À l’heure actuelle, l’installateur n’en a pas encore terminé avec ces remplacements. En tout état de cause, les chaudières seront opérationnelles dès l’automne. Celles-ci fonctionneront au gaz, ce qui nous évitera d’être dépendants des livraisons de mazout.»

L’audit a également révélé de sérieux manquements en matière de sécurité. « Dans certains cas, la ventilation des locaux laissait à désirer et la porte d’accès n’était pas coupe-feu. Nous allons mettre ces paramètres en conformité pour toutes les chaudières existantes. » L’audit a aussi montré que les canalisations et les vannes devaient être mieux isolées et que l’installation de vannes thermostatiques était recommandée.

Ce qui a particulièrement retenu l’attention de Jan Van Wynsberghe dans le rapport d’audit, ce sont les détails concrets. « L’intérêt du rapport est qu’il montre également l’importance, en kWh ou en euros, des économies qui pourraient être obtenues et de l’investissement nécessaire à leur réalisation.»

Les résidents constateront-ils la différence une fois les travaux terminés ?

« Tant que les travaux sont en cours, il est impossible de chiffrer avec précision les économies qui seront réalisées. Toutefois, si l’on se base sur les recommandations du rapport d’audit, on peut tabler sur 200 à 300 euros par an et par habitant, ce qui est loin d’être négligeable.»

 

Facebook Comments