Il circule une bonne quantité de légendes urbaines sur les panneaux photovoltaïques et le solaire en général. Elles sont si répandues que beaucoup d’entreprises hésitent encore toujours à franchir le pas.

Les énergies renouvelables vous intéressent ?

Restez informé(e) grâce à notre newsletter

Bien entendu, lors du « passage au vert » de votre entreprise, vous aurez une série de choix fondamentaux à opérer. Cela dit, il ne fait aucun doute que les panneaux solaires sont bons pour l’environnement et, qui plus est, rentables sur le plan économique. Pour vous mettre sur la voie, nous examinons ici de plus près quelques mythes tenaces.

Que pensez-vous des affirmations suivantes : faits ou fictions ?

1. À l’aide, c’est l’hiver ! Fini l’énergie solaire…

Beaucoup d’entreprises pensent que le climat de la Belgique, et surtout ses hivers, sont peu propices à l’énergie solaire. C’est oublier que les panneaux photovoltaïques n’ont pas besoin de chaleur pour produire de l’électricité, la lumière du soleil suffit. Or, on oublie tout autant que le soleil brille aussi l’hiver, même dans notre pays. Au total, la Belgique connaît quelque 1 000 heures d’ensoleillement par an. L’affirmation est donc fausse : les panneaux photovoltaïques génèrent de l’électricité même en hiver, bien que cette production soit supérieure en été. Les deux tiers de la production annuelle d’électricité des panneaux photovoltaïques sont fournis d’avril à septembre, un tiers ayant lieu d’octobre à mars. Un bilan très acceptable au total…

2. Les panneaux photovoltaïques ne sont plus rentables

Faux. Bien que la plupart des subventions aux particuliers aient été supprimées, les entreprises continuent de recevoir des certificats verts pour les installations d’une capacité supérieure à 10 kW. Et même indépendamment de tout mécanisme de subvention ou de compensation, les calculs montrent qu’un investissement solaire ne présente toujours que des avantages, puisque la mise de fonds se récupère en généralement moins de 7 ans selon les installations & les régions.

3. La durée de vie des panneaux photovoltaïques est trop courte pour en faire un investissement avantageux

Encore faux, mais avec une nuance. La durée de vie de totale d’un panneau photovoltaïque est d’environ 25 ans. Comme la plupart des investissements s’amortissent en 7 ans, vous obtiendrez un bénéfice net pendant pratiquement 20 années. Il est vrai que un des éléments principaux de vos panneaux, l’onduleur, a une durée de vie plus courte, de l’ordre de 10 à 15 ans. Les onduleurs sont généralement couverts par une garantie.

4. Les panneaux photovoltaïques ne se recyclent pas

Toujours faux. Les panneaux photovoltaïques génèrent moins de déchets électroniques que les machines à laver !  Ils se composent à 80 % de verre et sont recyclables à 90 %.
Dans un premier temps, le verre est séparé des autres pièces, comme le cadre, les cellules au silicium et d’autres métaux et métalloïdes. Le verre se recycle de la manière habituelle, le silicium est réutilisé pour la production de nouvelles cellules solaires ou reconditionné en lingots. Le silicium est réutilisable jusqu’à quatre fois.

5. Mon toit ne supportera pas le poids des panneaux photovoltaïques

À nuancer. Beaucoup d’entreprises se posent cette question : mon toit tiendra-t-il le coup ? Ces panneaux ne sont-ils pas trop lourds ? N’y a-t-il pas un risque de dégâts plus important en cas de grêle ou de foudre ? Voici quelques réponses. Tout d’abord, les panneaux ne sont pas tellement lourds : leur poids est de 10 à 15 kg au m2, et non de 30 kg comme on le pense souvent. Ensuite, les panneaux solaires sont plats, ce qui exclut tout risque de foudroiement. En outre, ils sont fabriqués en verre trempé, qui résiste à des grêlons d’un diamètre de 25 mm et frappant sa surface à 90 km/heure. En cas de fortes bourrasques, le risque dépend d’un certain nombre de facteurs, tels que l’inclinaison du toit et des panneaux. Quoi qu’il en soit, la plupart des assurances  prévoient une indemnisation de sinistres causés par des phénomènes météorologiques extrêmes.

Facebook Comments