Pinguin et ENGIE Electrabel collaborent sur le mode de stockage intelligent. En effet, l'activité de Pinguin dispose de beaucoup d'installation de réfrigération ou les températures peuvent être utilisées comme moyen de stockage d'électricité.

Le siège de Pinguin se situe en pleine campagne, dans la petite ville de Westrozebeke, en Flandre occidentale. « C’est à cet endroit que l’histoire de Pinguin a débuté, il y a 50 ans », raconte Koen Dejonghe. En 1965, le père de Koen lance, avec ses deux frères, une petite entreprise spécialisée dans la congélation des légumes.

Aujourd’hui, Pinguin est un groupe alimentaire européen très important. Avec 1 800 collaborateurs, l’entreprise traite 400 000 tonnes de légumes et de fruits par an. Westrozebeke reste le site de production principal, mais l’entreprise surgèle également des produits alimentaires en France, au Royaume-Uni, en Pologne et en Hongrie. « Avec une constante : tous nos sites se situent dans des régions aux terres très fertiles », ajoute Koen Dejonghe. Pinguin reste ainsi fidèle à son principe : celui de trajets courts visant à garantir la fraîcheur des produits.

Un processus de production énergivore

Dans son processus de production, Pinguin mise également tout sur la conservation de la fraîcheur des produits. « Tout l’art de la surgélation consiste à préserver au mieux la structure naturelle des légumes », explique Koen Dejonghe. « La surgélation doit dès lors être très rapide. Nous refroidissons les légumes à une température d’environ -20 °C en quelques minutes seulement. »

Le processus de production requiert beaucoup d’énergie. « Une solution énergétique fiable est donc cruciale », précise Koen Dejonghe. « Nous avons collaboré avec ENGIE Electrabel dès le début et nous ne l’avons jamais regretté. L’entente est excellente. En tant que partenaire, ENGIE Electrabel participe proactivement à la recherche de moyens d’économie innovants. »

Demand side management : une chambre froide comme batterie

Le projet de Pinguin et d’Electrabel pour mieux gérer la demande d’énergie (demand side management) est un bel exemple de collaboration innovante. Koen Dejonghe : « Pour compenser l’imprévisibilité liée à la production d’énergie verte, une des solutions consiste à consommer de façon plus flexible. Grâce à ENGIE Electrabel, nous disposons maintenant d’une solution pour compenser les déséquilibres inhérents aux sources d’énergie durables. Nos chambres froides fonctionnent depuis peu comme une sorte de batterie. Lorsque l’offre est très importante sur le réseau, nous pouvons stocker l’énergie. En cas de pénurie, nous pouvons éteindre provisoirement nos compresseurs. ENGIE Electrabel a, pour ce faire, développé un outil en collaboration avec notre fournisseur de systèmes de refroidissement, Datapolis. Sur base de quelques paramètres, cet outil décide s’il est possible ou non d’éteindre le système. »

Et l’avantage pour Pinguin ? « Cela allège notre facture d’énergie », répond Koen Dejonghe. « Nous obtenons une indemnisation qui est liée au nombre de délestages. Le montant n’est pas gigantesque, mais il n’y a pas de petites éco
nomies. Nous sommes toutefois fiers de pouvoir contribuer à la transition vers un approvisionnement énergétique plus durable grâce à cette solution. »

Seanergy : de l’énergie verte et belge

C’est dans cette optique que Pinguin a aussi résolument opté pour Seanergy, de l’énergie locale et durable produite par les parcs éoliens offshore installés au large des côtes belges. Ce choix garantit ainsi un approvisionnement complet en énergie verte et belge, ce qui s’inscrit parfaitement dans le cadre des objectifs de durabilité de Pinguin. « La durabilité est pour Pinguin ce que l’eau est pour une plante », pouvons-nous lire sur leur site web. « Et il en va vraiment ainsi : sans la nature, nous n’avons en effet aucune raison d’être », conclut Koen Dejonghe.

 

Facebook Comments